Archives pour la catégorie Appelez Moi Gault Et Millau

Drôle d’endroit mais super restau !

drole-d-endroit-copie-1Découvert, un peu par hasard, un nouveau restau à Aix en Provence où tout m’a plu !

Un lieu (pour les aixois, c’est l’ancien jardin des Orchidées) revu façon local industriel, avec grosses poutres de métal, déco inspirée (et à vendre), accueil adorable, carte courte mais où tout est tentant, portions vraiment copieuses, prix très raisonnables et qualité des plats.

Et encore, j’ai raté les animations culturelles, puisque c’est aussi un lieu de concerts, d’expos et d’événements en tous genres.

En entrée, une planche de charcuteries espagnoles pour deux, déjà une belle entrée, ça suffirait quasiment à un appétit moyen.

Ensuite, carpaccio de veau, original et délicieux, ou tagine de veau aux abricots secs, tendre et savoureux. On a eu du mal à finir car c’est vraiment copieux et on s’est régalé.

Mon coup de coeur du moment !

14 Rue Annonerie Vieille

13100 Aix-en-Provence

04 42 38 95 54

www.droledesite.fr

Le Wagon Bleu

Contrairement à ce que certains pwagonbleu.jpgourraient insinuer, cet article n’appartient pas à la catégorie « spécial copinage », car même si l’un des patrons est un cousin, la dernière fois que je l’avais croisé, il avait 5 ans…
Il s’agit donc du « Wagon Bleu » , 7 rue Boursault à Paris, métro Rome. L’originalité du restau est qu’il est installé (en partie) dans un authentique wagon de l’Orient Express, qui de plus, surplombe les voies derrière la gare Saint-Lazare… Comme dit le serveur avec humour, « C’est quand on arrive en Italie que le paysage devient magnifique  » !

Nous n’avons pas vraiment fait honneur aux talents du cuisinier, puisque nous avons tous craqué pour les planches de charcuterie et de fromages corses, d’excellente qualité, l’un des patrons étant d’origine corse. Mais, il faudra revenir pour tout goûter ! La carte est plutôt tendance cuisine de bistrot et twagonbleu2.jpgapas.
Dans la catégorie Tapas, une petite merveille à adopter d’urgence (c’est beau et c’est bon) : des tomates cerise coupées en deux à tremper dans une mélange délicieux de noisettes grillées concasses et de sel… un délice, et en plus c’est joli et original !

Une soirée vraiment agréable, un lieu génial et des prix tous doux : que demander de plus ?
Le Wagon Bleu, 7 rue Boursault, 75017 Paris. tel : 01 45 22 35 25. C’est ouvert tous les jours, midi et soir, sauf samedi midi.

www.wagonbleu.fr

Coup de foudre pour Le Garde

Non ce n’est pas Lady Chatterley… Chez le Garde est un restau de Vauvenargues que je viens de découvrir. J’en entendais parler depuis longtemps, à chaque fois que je passais devant je me disais que je devrais y venir, et voilà c’est fait, et je pense que ce n’est que le début d’une longue histoire.

Tout dabord un cadre idyllique, à l’entrée de Vauvenargues, derrière la Sainte Victoire. Une grande terrasse qui hésite entre la déco recup – kitsch et la tente berbère (mais c’est très réussi). Un terrain de boules attend les joueurs, un petit coin salon, un hamac… on s’y sent tout de suite comme chez soi.

La carte est très simple : une grande ardoise. On n’a pas le choix des entrées, puisque c’est un assortiment :
– croustade de chèvre au miel (délicieuse)
– mini pastilla (splendide)
– gaspacho (manque un peu de sel)
– petit mesclun
– melon et magret de canard salé

C’est très joli, et très bon.

Plein de plats à choisir ensuite… J’opterai pour le tajine d’agneau aux fruits secs, une vraie merveille de goût et d’onctuosité. En fait c’est carrément une souris d’agneau confite, servie dans une sauce aux fruits secs parfumée, sucrée salée. Un délice !

Philippe a choisi des gambas, que je n’ai pas prises en photo, mais dont la présentation était superbe aussi, et qui paraît-il étaient succulentes.

J’aurais pu choisir aussi un tajine de poulet au citron confit, une daurade ou un loup grillé, un magret de canard au miel… et d’autres que j’ai oubliés. Ce sera pour la prochaine fois !

Au moment des desserts, une nouvelle ardoise, mais je n’avais déjà plus du tout faim. J’ai juste pris l’assortiment de sorbets : mangues, cassis, citron vert, absolument exquis tous les trois.
Philippe a craqué pour le Tiramisu aux fraises, et Caroline pour  le Trianon.

Pour accompagner ce repas de fête, on a testé le rouge du Domaine de la Lauzade, et c’était un excellent choix (15 € la bouteille de 50 cl, 22 € la grande) !

Le menu est à 25 €, ce qui franchement vu la qualité des plats est étonnant.

Voilà donc ma nouvelle adresse préférée…

Chez le Garde,
Quartier des Plaines (à l’entrée de Vauvenargues en venant d’Aix)
Tel. 04 42 24 06 82

Le site du restaurant : http://www.chezlegarde.com/

ma cantine

Bizarrement, je n’avais pas encore fait d’article sur le resto que je fréquente le plus, où je mange quand même une à deux fois par semaine, avec toujours le même plaisir.

Il s’agit d’un resto-bar à vins qui s’appelle « Aux racines du Vin » et qui a le bon goût de se situer dans la zone des Milles, à exactement 150 m de mon bureau (bon, je sais, pour vous, c’est peut être moins pratique…).

Aymeric, Patrick et Sébastien m’accueillent chaque fois comme une vieille amie, (et contrairement à d’autres endroits où c’est assez commercial, là j’ai vraiment l’impression que c’est sincère !), et de fait l’ambiance générale est à la fois chaleureuse et efficace.

Au départ, ça devait être plutôt une boutique de vins, avec des cours de dégustation, mais au fil du temps et de la demande, ils se sont mis à proposer des petites assiettes, des planches de charcuterie et de fromages, des salades, un plat chaud l’hiver et depuis cet été la plancha du jour, le tout entre 8 € et 15 €.

Tout est à la fois simple et bon. Mais le concept même de ce bar à vins est ludique et intelligent : une trentaine de vins sont proposés au verre, grâce à des machines assez sophistiquées. Muni d’une carte à puce, vous pouvez tester des mini doses de tout ce qui vous tente, ou vous offrir un grand verre de ce que vous aimez.

Malheureusement, cet endroit génial risque de fermer dans les mois qui viennent (histoire de gros sous). Outre que j’en serais fort marrie (c’est vrai ça, où je vais aller manger moi ?) ce serait dommage pour tout le monde. Alors, pendant qu’il est encore temps, allez-y, pour en profiter et pourquoi pas pour leur dire de ne pas fermer !

Aux Racines du Vin
50 rue Henri Bessemer
13290 les Milles
Tel : 04.42.54.58.22

PS (juillet 2010) : Finalement, et heureusement, ma cantine n’a pas fermé. Et je vous conseille d’aller goûter les petits plats de Romain, le nouveau chef, et d’apprécier l’accueil de toute l’équipe.

PPS (février 2011) : La direction du resto vient de changer. Romain est toujours aux fourneaux (heureusement) mais je m’interroge sur l’évolution à venir… Première impression mitigée. A suivre !
PPPS (janvier 2015) : Ayant changé de boulot, j’ai aussi changé de cantine, et sans trop de regrets, vu que l’endroit a perdu son charme.

L’auberge de la Tour

Ban-Tour-aigues.jpgDécouverte ce WE d’un restau trés agréable à La Tour d’Aigues, l’Auberge de la Tour. On avait déjà essayé d’y aller en été, mais c’était plein.
Là, un vendredi soir pluvieux de fin mars, on n’était pas trés nombreux dans la salle. L’été, on peut manger dehors sur la terrasse (il me semble), mais la salle est agréable, même si je n’adore pas le choix des couleurs (vert anis et rouge sombre…).

Accueil tout sourire de la gentille serveuse qui nous conseille très bien. Aux fourneaux, il y a Colette Mehdi qui fait tout toute seule, si j’ai bien compris.
Le plus dur a été de choisir, mais comme autour de la table tout le monde a pris des plats différents, j’ai pu goûter à presque tout.

Mention spéciale en entrée à la crème d’artichauts au foie gras. Moins originales, mes asperges étaient cependant délicieuses, servies avec un filet d’huile d’olive et soupoudrées de parmesan.

Pour les plats, difficile de départager les noisettes d’agneau (fondantes) dans une crème d’ail, le chevreau rôti – confit, et le misson : spécialité locale, une sorte de grosse andouillette faite par Colette elle même, servie avec des pois chiches parfumés.

Au dessert le nougat glacé maison était parfait.

Le tout arrosé par le vin délicieux de Michel Oliver (le cuisinier) qui a acheté un domaine à la Tour dAigues.

Le menu (entrée plat dessert) est à 25 € le soir. Il y a un petit menu à 15 € à midi. Les plats sont trés copieux, donc si vous n’avez pas une faim de loup, vous pouvez prendre juste un plat à la carte.


51, rue Antoine-de-Trets
LA TOUR D AIGUES
Tél : 04 90 07 34 64

ouvert tous les jours sauf lundi.

PS (juillet 2010): Un lecteur me signale (merci à lui) que Colette Mehdi n’est plus aux fourneaux. Dommage ! De fait je n’étais plus revenue manger à la Tour d’Aigues depuis un moment.

Maururu…

undefined
Je viens de découvrir un  petit restaurant merveilleux, « Au petit Tahiti », 9 rue Isolette à Aix. Il y a même un site trés sympa : www.petittahiti.comJ’étais passée devant cent fois, sans y faire attention. De l’extérieur, le côté « boui boui » et la salle un peu sombre n’attire pas d’emblée. Cette, fois j’ai poussé la porte, accueillie par le sourire de la patronne qui vous embrasse et vous tutoie d’emblée.Au menu : poisson cru, sashimi, chao men (pâtes sautées), porc au tamarin… Les pâtes sautées sont aussi bonnes que celles que j’ai mangé à Tahaa il y a bien trop longtemps, et le porc au tamarin est un délice sucré salé fondant.

Au fil du déjeuner passent les habitués et les amis, la patronne vient s’enquérir de votre vie, discute de tout et de rien, et à la fin du repas, vous êtes un ami vous aussi, et déjà presque un habitué !

Compter à peu près 20 – 25 euros par personne. Les petits budgets à gros appétit peuvent s’en sortir pour 12 à 15 euros en faisant l’impasse sur le punch (c’est dommage, il est carrément bon !) et le dessert (pas une grosse perte de mon point de vue, mais je n’aime pas les desserts). Avec le Chao Men végétarien à 12 euros, ils se régaleront et seront calés pour l’après midi.

Et Maururu, alors ? Eh bien ça veut dire merci, et prononcé comme il faut, en mouillant les R et avec un accent chantant, on dirait une tourterelle amoureuse…

deux restos de pâtes

Coup sur coup je découvre deux restos de pâtes, aussi différents que possible, mais aussi agréables l’un que l’autre, l’un à Aix et l’autre à L’Isle sur la Sorgue.
pasta-cosyA Aix, c’est plus branché, plus jeune, le resto idéal pour une virée entre copines ou une soirée en amoureux. L’endroit s’appelle Pasta Cosy, au 5 rue d’Entrecasteaux (à gauche après la place des tanneurs en allant vers la rue des cordeliers), et comble de bonheur, est entièrement non fumeur. (tel : 04 42 38 02 28)Jolie salle en haut, et trés jolie salle voûtée en bas. Déco simple, mais plein de détails trés sympa, en particulier la décoration des toilettes.

Question agapes, il faut absolument craquer pour l’assortiment de tapas à partager. Créativité et look : huitre gratinée, mini brik gorgonzola-poire, crème brûlée au lard, crème de chèvre aux poivrons confits… le tout présenté joliment en verrines.

Question pâtes, l’heure est à la créativité aussi. Si je n’ai pas été vraiment convaincue par les pâtes au chocolat, myrtilles et speck (l’assemblage n’est pas harmonieux) il y a d’autres plats délicieux.

Je vous conseille de garder un (petit) creux pour le dessert et de goûter les petits nems au chocolat. Croustillants et coulants, trempés dans une petite sauce au gingembre… ouh la la !

bella vitaA l’Isle sur la Sorgue, changement de décor ! A part la collection de macarons du routard sur la vitrine de l’entrée, le look n’est pas trés engageant. Ca a un côté « bar du coin » un peu miteux qui d’ordinaire ne m’attire pas. Mais on nous l’a recommandé chaudement, alors allons-y.

« Restaurant Glacier La Bella Vita » ça s’appelle, et c’est vraiment une bonne surprise. Là on est dans le registre cuisine de famille pour habitués, mais avec une qualité vraiment rare.

Les pâtes elles mêmes sont visiblement faites à la maison, les garnitures à la fois simples et raffinées. Un conseil, goûtez la spécialité maison, les nids d’hirondelles, des espèces de gros raviolis délicieux.

Comme il faisait – 5° dehors et que nous étions déjà un peu malades, on n’a malheureusement pas goûté aux glaces, mais je soupçonne qu’elles sont exceptionnelles. Une raison de plus, s’il en fallait, pour revenir à l’Isle sur la Sorgue par un temps plus clément.

J’oubliais  l’adresse :  place de la liberté (juste en face de l’église, ya pas plus central), et le téléphone (je pense qu’il est prudent de réserver) :  04 90 38 13 74

Le Bouchon Littéraire

bouchon litteraireA Privas, il y avait déjà ma librairie préférée, la librairie Lafontaine (c’est pas compliqué, c’est LA librairie de Privas, y’en a pas d’autre…), tenue par des passionnés qui organisent chaque année un prix littéraire totalement indépendant et ouvert à tous, le prix Lafontaine. (4 place de l’hôtel de ville à Privas, tel : 04 75 64 59 00)
Depuis plusieurs années, leurs choix recoupent régulièrement mes propres coups de coeur littéraires (voir l’article sur Les Vivants et Les Morts).
Visiblement ces fous n’ont pas seulement les mêmes goûts littéraires que moi : ils viennent de créer un genre de restau,  » Le Bouchon Littéraire » (2, place de l’hötel de ville, tel : 04 75 20 80 54). Y’a même un genre de site : http://www.amisdubouchon.com/

Ouvert entre midi et deux en semaine (puisque tenu par les vendeurs de la librairie) ce minuscule établissement rempli de livres et de bouteilles propose plein de vins à acheter ou à consommer sur place, accompagnés d’un petit plat maison : tarte salée, assiette de charcuterie, salade, desserts maison aussi. En plus de ces nourritures terrestres, il organise des débats et rencontres littéraires, forcément.

C’est pas trés cher, c’est simple et bon, c’est vraiment un endroit trés agréable ! Pour tout dire, quand je rêve au restaurant que j’ouvrirai un jour, y’a beaucoup de points communs.

NB quelques années plus tard : la librairie a été vendue, mais ce sont toujours les mêmes passionnés qui s’occupent du restaurant.

Bistrot sympa à Sauve

 En passant par Sauve (à 50 km de Nîmes, dans la direction Du Vigan) et saisis d’un petit creux, nous nous sommes arrétés à la terrasse du Bossens, et bien nous en a pris !

D’abord, Sauve, un adorable village perché au bord de sa rivière, avec des maisons-pont, des rues labyrinthes et des terrasses illuminées de lampions.

Caroline, Philippe et moi avons choisi de goûter toutes les entrées, plus tentantes les unes que les autres : terrine d’aubergines, poivrons grillés, salade de chèvre en brick, croquettes de brandade… et miracle, tout était bon !

Vincent a testé le sauté de porc à la sauge, délicieux aussi.

Dans un cadre idyllique, pour un prix raisonnable, une bonne raison de s’arrêter si on passe dans le coin.

Le Bossens, place de la Révolution (derrière la mairie), 30610 Sauve – 06 73 20 45 01

Et un restau à Avignon, un…

Dans la catégorie « bon et pas cher », on a découvert un petit bijou à Avignon : un bar à vins où on mange bien.

Ca s’appelle AOC, il y a quatre tables dehors et plus à l’intérieur, des toilettes magnifiques et une carte des vins impressionnante.

Bonus : tous les vins sont proposés au verre, ce qui permet d’en goûter plus…

Bonus 2 : les petits plats sont délicieux. Qu’il s’agisse du tartare coupé au couteau, du plateau de charcuteries (que du bon, avec un faible pour la saucisse au roquefort), des fromages à point ou des salades, tout est vraiment bon. Le pain est fait sur place, et pour le dessert, les petits pots de crème au chocolat sont délicieusement régressifs.

Bonus 3 : même pendant le festival, le service reste souriant et les tarifs très honnêtes !

L’adresse : 5 place de Jérusalem à Avignon , tel : 04 90 25 21 04

Bon appétit !

PS (juillet 2010) : Depuis cet article, le patron a changé, le restau a déménagé et s’est beaucoup agrandi mais l’esprit demeure, c’est toujours une super adresse !