L’Imaginarium du Docteur Parnassus

Share Button
Sous ce titre improbable se cache, comme vous le savez sûrement, le dernier bijou de Terry Gilliam. Oui, celui des Monthy Python et accessoirement cinéaste maudit.Sacré Graal représentant depuis mes jeunes années le summum de la créativité et de la drôlerie en matière de film comique, j’ai aussi adoré plein d’autres films des Monty Python et de Terry Gilliam, surtout les plus déjantés d’entre eux, Jabberwocky, Bandits, Bandits… Mais, je l’avoue, je ne suis allée voir ni Le baron de Münchausen, ni Brazil. Pas eu l’occasion ou l’envie à l’époque, et ça n’est pas repassé au cinéma depuis.

C’est, attirée par la critique de mon journal-pour-filles-stupides (elles ont beau être stupides, elles savent quand même lire, et ne regardent pas que la télé) et les quelques images glanées sur internet que j’ai affronté la nuit et le froid pour aller voir (roulement de tambour) L’Imaginarium du Docteur Parnassus.

Première impression : c’est beau ! Les premières images nous transportent dans un Londres intemporel, tendance fantasy, avant de réaliser que l’action se passe de nos jours. Un camion fantastique tiré par deux chevaux noirs, se transforme en quelques tours de cabestan en une baraque de foire scintillante et magique. Ceux d’entre vous qui ont eu la chance de voir « La Véritable Histoire de France » de Royal de Luxe noteront l’analogie avec les décors de carton pâte qui se déplient pour créer un univers hors du temps.

Le Dr Parnassus (qui rappelle autant Gandalf que Dumbledore), sa fille, Valentina, le nain Percy et Anton composent la troupe de ce petit théâtre ambulant. Je ne vous raconte pas l’histoire, parce que j’espère bien que vous irez voir le film. D’ailleurs, je n’ai pas tout compris, mais ça n’a aucune importance, l’essentiel est ailleurs.

Les acteurs sont exceptionnels. Comme vous le savez sans doute, confronté au décès de son acteur principal (Heath Ledger) au milieu du tournage, Terry Gilliam l’a remplacé par 3 autres acteurs, et non des moindres : Johnny Depp, Jude Law et Colin Farrel… Je pense que dans le film ces différents acteurs sont censés représenter les différents aspects de la personnalité du personnage. Dans les faits, j’ai eu du mal à savoir qui jouait à tel ou tel moment.

Les autres acteurs sont à l’unisson, avec une mention spéciale pour le nain (Verne Troyer, mini moi dans Austin Powers) le diable (Tom Waits) et pour Valentina, jouée par Lily Cole, dont le visage en forme de coeur est tellement incroyable qu’on la croirait sortie tout droit d’un conte de fées.

 L’esthétique du film est très contes de fées d’ailleurs, avec un côté récup et déglingué que j’adore. J’ai lu pas mal de critiques négatives sur le côté cheap des effets spéciaux et des images de synthèse, honnêtement je ne l’ai même pas remarqué.

Vous pouvez voir plusieurs extraits sur allocine.fr 

Voilà, j’espère que vous vous régalerez autant que moi…

Share Button

Une réflexion au sujet de « L’Imaginarium du Docteur Parnassus »

  1. Ahhh, Terry Gilliam ! J’aime tous ses films y compris celui qu’il n’a pas terminé (Don Quichotte) et qui a donné lieu à un documentaire tout à fait passionnant (Lost in la Mancha). J’ai vu Le Baron
    de Munchausen et dieu sait si celui-là ne fait pas l’unanimité, on adore ou on déteste, j’adore !! Brazil est une expérience assez particulière. J’ai vu ce film avec l’impression d’un poids sur la
    poitrine qui grandissait au fur et à mesure et la sensation à la fin de me réveiller d’un cauchemar. Ce commentaire n’a rien de négatif, c’était assez incroyable…
    Bref, dès que je peux, je colle Papoose à Jo et je fonce au ciné le plus proche !
    BiZette
    PS: Jo trouve Lily Cole plutôt moche…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *