Thaïlande, journal de voyage t5

Share Button
Mercredi 20/02
Grosse journée moteur (pas de vent) pour aller poser les passeports au sud de Phuket pour la clearance d’entrée en Thaïlande.
Quelques courses à Phuket, Nathalie achète des « dragon fruit » c’est super beau !
Au goût, ça rappelle le kiwi, avec la même texture, en moins acide. Je découvrirai en rentrant qu’il y en a dans mon supermarché sous le nom de pittaya

Puis 1 h de moteur vers Racha Noï. Jolie crique envahie par un hôtel de luxe 5*. Nuit calme.

Jeudi 21/02

Expédition à pied très sympa dans l’île, pour rejoindre la plage nord. Concert assourdissant de cigales qui vrillent les tympans de façon presque douloureuse. Croisé un zébu et un cheval…

Plage nord très jolie et encore déserte, mais beaucoup de vagues et eau pas très chaude. Je reste au bord…

 

Retour vers le nord, arrêt baignade / schnorkl à Ko Kaï Nok. Nagé au milieu de myriades de poissons ; comme dit Nathalie, on oublie qu’on est un être humain.

Vendredi 22/02

Pas trop de vent. Départ vers la baie de Phang Na. On croise 2 jolis piliers solitaires, semblables à des vigies.

Plein de méduses, et certaines énormes. On croise un crabe qui nage en pleine mer…
S‘est-il perdu ?
Entrée dans la baie, l’eau est gris-vert, laiteuse. Quasiment personne, quelques pécheurs.

Tous les bateaux de touristes se suivent à touche touche devant les mêmes hongs. Un hong, ça veut dire chambre en thaï, c’est une grotte qui s’est creusée à l’intérieur d’un rocher. Parfois, le dessus s’est effondré, et ça fait une sorte de salle à ciel ouvert dans le rocher. On y accède par des petits tunnels, plus ou moins grands, certains accessibles seulement à marée basse, ou en kayak de mer.
Coup de chance inouï : on visite Ko Hong (le plus grand des hongs) tous seuls. On entre avec l’annexe par une sorte de petite grotte et on débouche dans une première salle toute ronde, à ciel ouvert, sublime. Puis petit passage vers un grand lagon superbe.

On ressort par une des deux « grandes » entrées au moment où deux gros bateaux arrivent pour décharger leur contingent de touristes.

Le soir, zig zag entre les bancs de sable pour arriver prés de l’île de James Bond (où a été tourné « l’homme au pistolet d’or », pour les cinéphiles), que nous atteignons en zodiac après moult échouages sur la langue de sable qui traverse la baie. On aborde par une petite plage assez pourrie, à côté d’un jetty qui tombe en ruines. Petit chemin crapahutant, et voilà le fameux « pilier ». A marée basse, c’est drôle, et différent des photos qu’on a vues.

On est tous seuls sur l’île à part quelques marchands du temple qui plient boutique et 2 touristes en retard qui courent pour attraper leur bateau de l’autre côté de l’ile.

On se fait une petite séquence photos marrantes devant le pilier.

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *