Thaïlande, journal de voyage t2

Share Button
Mardi 12/02
Réveil dans ce même décor sublime, progression entre les pitons rocheux. Passage obligatoire par une très vilaine marina où nous avons rendez-vous avec le loueur pour récupérer nos passeports avec la clearance de départ de Malaisie.
Marina 100% artificielle, esthétique mi bains de mer 19°, mi stalinienne. Peuplée de mafieux et de russes, et de restaus étrangers… Une pizzeria, un restau russe, une boulangerie française. C’est très moche et totalement incongru. A l’entrée, cependant, quelques bateaux de pêche de toutes les couleurs, couverts de lamparos…

Mouillage un peu plus loin, face  un resort. Nous sommes emmerdés par les jet ski qui passent tout autour en criant… Petit dinghy explorer vers de gros rochers gris style Seychelles, panne du moteur de l’annexe, nous rentrons à la rame, Nathalie et moi pagayant, tandis que les mecs essayent de redémarrer.

On s’habille un peu, et on retourne à terre pour apéro face au soleil couchant, et plus si affinités… Clientèle exclusivement européenne, nourriture très « fusion » mais pas mal. Petite balade dans le resort très bof, pour attendre que la mer remonte. En effet, oubliant que la marée était descendante nous avons monté l’annexe très haut au sec. Résultat, en sortant du resto, la mer est à 50 m et l’annexe très lourde !

Nuit calme, avec beaucoup de vent, presque froid.

Mercredi 13/02

Au matin, on découvre que l’annexe se dégonfle et que nous n’avons pas de gonfleur… Tel au loueur qui nous donne rendez-vous à la marina dans une heure. Back to marina, récupération d’un gonfleur, et c’est parti pour des îles un peu plus loin, qui appartiennent à la Thaïlande, où il paraît que l’eau est claire et le schnorkling very good (pour les non initiés, schnorkling, c’est un private joke entre nous, ça vient de snorkeling, en français on dit tubalade, c’est joli).
Beaucoup de vent le matin, sacrés départs au lof, pétole l’après midi, c’est un schéma qui se reproduira à peu près tous les jours.

On arrive à Ko Lipe (Ko, ça veut dire île en thaï) vers 18 h. Joli, mais peuplé ! Petit schnorkling pas mal, jolie plage, apéro, soupe thaï avec les moyens du bord.
Mouillage hyper venteux et rouleur. En plus, toute la nuit les « long tail » (bateaux locaux, avec un moteur monté sur une longue tige de métal au bout duquel tourne l’hélice, que l’on peut enfoncer plus ou moins dans l’eau) passent jusqu’à tard dans la nuit, et dès très tôt le matin. Comme ce sont des moteurs à échappement libre, ils font un boucan infernal ! On entend certains long tail pendant plus d’un ¼ d’heure… Vu comme on les entend alors qu’on n’est pas tout près, les pilotes doivent être sourds !


Jeudi 14/02

Journée avec schnorkling soi-disant joli, mais je renonce à franchir la barrière de détritus immondes à 10 m de la plage sous l’eau. La plage est assez crade aussi, sacs plastiques, vieilles canettes…
On part pour Ko Adang : plage idyllique, propre et schnorkling comme j’aime, façon jardin sous la mer, plein de poissons. Un régal !

Et pourtant le guide du routard disait que les fonds sous marins de Ko Adang avaient été détruits par la pêche à la dynamite… Vu que ce même guide du routard disait du bien de Ko Lipe qui ne m’a pas trop plu, je revois ses estimations à la baisse…

 

Pizza façon christine,  mouillage hyper rouleur et assez venteux… le régime des vents dans ce pays est un mystère.

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *