Schtroumpfez moi ça !

Share Button

En balade dans les calanques de Marseille, j’ai été « accrochée » par une odeur délicieuse, un peu miellée… Pas de fleurs à l’horizon, ni tilleul ni acacia, d’ailleurs ce n’est pas la saison, d’où venait donc ce parfum léger ?

Seul candidat restant après inspection : un buisson de salsepareille, effectivement couvert de minuscules fleurs blanches. Ceux qui ont gardé une âme d’enfant se souviennent que la salsepareille est la principale nourriture des schtroumpfs. Ceux qui comme moi ont un jardin sauvage savent aussi que c’est une abominable liane épineuse qui étouffe tous les arbres qui l’entourent, et dont il est quasiment impossible de se débarrasser…

schtroumpfs.jpg

Comme le fait remarquer mon ami Benoît, depuis que les schtroumpfs sont en voie d’extinction, la salsepareille gagne du terrain… Et notons aussi que Peyo (le dessinateur des schtroumpfs) n’a visiblement qu’une idée vague de ce à quoi ressemble vraiment la plante : la forme des feuilles y est (sensiblement en forme de coeur), mais l’allure générale de la plante n’a rien à voir.

images3 8508

images3-8504.JPG

Une vraie nuisible, la salsepareille (sauf pour les schtroumpfs, évidemment !) Mais reconnaissons néanmoins, à la faveur de cette découverte récente, que sa minuscule fleur embaume ! Cette plante porte d’ailleurs bizarrement en même temps des fleurs et des fruits.

images3 8505

images3 8509

Share Button

4 réflexions au sujet de « Schtroumpfez moi ça ! »

  1. J’approuve, une vraie peste végétale. Et chacun de ces petits grains rouges, si jolis, donne naissance à une nouvelle pousse qui va monter à l’assaut des arbres pour chercher la lumière et former
    un énorme chignon à son sommet. En plus elle a de méchantes épines…

  2. Ah, la salsepareille !
    Je n’oublie pas, chère Christine, que c’est toi, qui m’a fait découvrir que cette plante était une réalité et pas seulement un création de Peyo ! C’était sur la presqu’île de Giens.
    Parce que, pour t’avouer la vérité, l’abominable salsepareille ne doit se plaire qu’au sud du 45ème parallèle: jamais vue en Picardie !
    bi-Zette-s !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *