Le DAL et Les Enfants de Don Quichotte condamnés pour avoir installé des tentes dans Paris

Share Button

Lu sur lemonde.fr : »L’association Droit au logement (DAL) d’une part et Les Enfants de Don Quichotte d’autre part, ont été condamnés, lundi 24 novembre, par le tribunal de police de Paris, pour avoir installé des tentes dans la capitale.

Pour le DAL la sanction est lourde : le tribunal a condamné l’association à 12 000 euros d’amende pour avoir « à plus de 300 reprises » (un procès-verbal a été dressé pour chaque tente) commis une infraction de quatrième catégorie en ayant « embarrassé la voie publique en y laissant des objets », à savoir des tentes. Du 3 octobre au 15 décembre 2007, le DAL avait organisé rue de la Banque, dans le deuxième arrondissement de Paris, le campement de 374 familles (1 500 personnes environ) de mal-logés, vivant à l’hôtel ou dans des appartements insalubres, et revendiquant un logement digne. 32 000 euros d’amende avaient été requis par le ministère public lors de l’audience, le 3 février. (..)

Dans un autre jugement, le tribunal s’est montré plus clément avec Les Enfants de Don Quichotte. L’association a échappé à l’amende de 1 875 euros requise à son encontre, mais a cependant été condamnée à la confiscation de 198 tentes installées illégalement, il y a près d’un an, près de Notre-Dame, a annoncé Jean-Baptiste Legrand, président de l’association. Le 15 décembre 2007, Les Enfants de Don Quichotte avaient installé près de deux cents tentes pour loger des sans-abri, le long de la Seine. Celles-ci avaient ensuite été enlevées par les forces de l’ordre.  »

Je suis scandalisée, outrée, exaspérée, révoltée, j’ai du mal à trouver mes mots. Pendant que la gabegie règne à la tête de l’état, pendant que les banques jettent notre argent par les fenêtres, pendant que les pauvres sont chaque jour plus pauvres et les riches chaque seconde plus riches, les tribunaux n’ont rien de mieux à faire que de condamner une association qui cherche à aider les plus malheureux d’entre nous.

Et les flics, ils ne feraient pas mieux de coller des PV aux grosses bagnoles garées sur les trottoirs plutôt que de persécuter – sur ordre – des sans abris ?

Share Button

Une réflexion au sujet de « Le DAL et Les Enfants de Don Quichotte condamnés pour avoir installé des tentes dans Paris »

  1. argh sniff :'(
    Pas très constructif mais bon… Ca ne fait que me désespérer encore plus sur l’avenir de la France avec ce gouvernement…

    Et juste un petit rappel d’une autre histoire du même genre l’année dernière… Ben ouais, ça fait tâche un sdf sur nos trottoirs… Malheureusement nos dirigeants n’en finissent pas de trouver de bonnes idées pour les en enlever :

    Le maire d’Argenteuil chasse le SDF au répulsif

    Georges Mothron, député-maire UMP d’Argenteuil. (AFP)
    La ville s’est procuré un produit chimique maladorant pour tenter d’écarter les sans-abris de certaines zones. L’un de ses arrêtés anti-mendicité, en 2005, évoquait la «gêne olfactive» liée à la présence de SDF…
    Par AFP
    LIBERATION.FR : vendredi 24 août 2007

    Dans le but de déloger les SDF de son centre-ville, la mairie d’Argenteuil (Val-d’Oise) a acheté cet été des répulsifs nauséabonds appelés «Malodore», «une solution triste» mais nécessaire selon la mairie que dénonce le PS qui condamne « une chasse aux pauvres».

    Depuis trois ans, le maire Georges Mothron (UMP) prend chaque été un arrêté pour interdire le centre d’Argenteuil aux SDF. Cette année, pour la première fois, la mairie a reconnu vendredi s’être procuré du « Malodore » pour éloigner les SDF vivant notamment aux abords du centre commercial du coeur de ville.

    «La mairie utilisera ce produit si elle ne trouve aucune autre solution, notamment sociale, pour éloigner des SDF occupant une sortie de secours du centre commercial. Ils posent des problèmes de sécurité et gênent les riverains. C’est une solution triste dont on espère se passer », a expliqué à l’AFP Philippe Metezeau, premier adjoint au maire.

    Selon plusieurs sources, la mairie a demandé en juillet à ses agents de la voirie d’asperger de répulsif les lieux de prédilection des SDF dans le centre-ville. Mais elle a essuyé un refus net des employés municipaux.

    «Le carton de Malodore précisait que le produit était toxique et irritant, et qu’il ne fallait pas le respirer, alors, les agents ont décidé de ne pas le diffuser, car ils veulent bien +chasser des rats mais pas des SDF+ », raconte un agent de la mairie sous couvert d’anonymat.

    Suite à ce refus, une partie du répulsif a été donné à des agents d’entretien de la galerie marchande «Côté Seine», ce que reconnaît la mairie. La direction de «Côté Seine» a précisé à l’AFP que ses employés avaient bien diffusé le répulsif au niveau des sorties de secours du centre commercial où les SDF ont leur habitudes.

    Livré sous forme de concentré à diluer et à pulvériser, «Malodore» est une exclusivité de la société Firchim, spécialisée en produits d’entretien.

    «C’est un produit pas dangereux qui laisse une rémanence nauséabonde pendant plusieurs semaines. On l’utilise normalement pour éviter que des gens en état d’ébriété ne stationnent près d’endroits dangereux, sous les ponts ou près des routes », a expliqué à l’AFP le responsable de Firchim, Pierre Pasturel. Selon lui, d’autres collectivités utilisent «Malodore» à cet effet.

    Secrétaire nationale à l’égalité des chances du PS et candidat aux législatives à Argenteuil en juin, Faouzi Lamdaoui a dénoncé à l’AFP la «scandaleuse chasse aux pauvres» du maire et «des moyens contraires à la dignité humaine ».

    En 2005, l’un des arrêtés anti-mendicité de M. Mothron, évoquant une «gêne olfactive anormale» liée à la présence des SDF, avait été annulé par la préfecture.

    L’arrêté pris le 6 août et qui court jusqu’en 2012, fait l’objet d’une requête en annulation déposé à la préfecture par Valentin Texeira, militant Verts.

    It’s a sad world… :'(

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *