Italia Bella

Share Button

De retour de 5 jours en Italie, à Milan et autour… Et comme toujours sous le charme de ce pays si beau, de cette langue si musicale, de cette cuisine si exquise et des italiens si… Bon, l’amour ne me rend pas totalement aveugle, et je sais reconnaître un truc bizarre, même en Italie : au top du bizarre cette année, la pizza que j’ai vu proposer partout, la pizza aux frites… Si, si, une vraie pizza, avec des frites dessus ! Et en plus j’ai vu des gens en acheter et même en manger…

Autre chose bizarre, mais dans le bon sens : comment expliquer qu’au bout de 5 jours de pâtes, pizza, et autres italienneries j’ai perdu 1 kg ? Ca doit être l’italian paradox, il faudrait que je teste plus longtemps pour voir si au bout d’un an j’ai disparu..

Que vous dire d’autre sur ce voyage ?

Que les étudiants italiens ont bien de la chance, logés dans des universités – musées (celle de Milan est déjà pas mal et celle de Pavie m’a fait craquer : une succession de petits cloîtres gothiques… avec le wifi à l’intérieur !)

Une des cours de l’université de Milan

Une cour de l’université de Pavie

Que l’Italie, et plus spécialement Milan, est vraiment le pays du design : après une visite au tout nouveau  musée du design à la Triennale, celle de la boutique Alessi où j’ai envie de tout, du sous sol du grand magasin « La Rinascento » (l’équivalent des Galeries Lafayettes) entièrement consacré au design, et où on peut acheter une bonne partie des objets exposés au musée.
Dans ce même magasin, sur les toits, un bar à mozarella, façon sushi, où de délicieuses hôtesses japonaises préparent devant vous toutes sortes de mozarella (doit-on dire mozarelle ?)

J’ai profité de ces quelques jours à Milan pour retourner au Cimetière Monumental, le plus ahurissant cimetière que je connaisse, où les bourgeois milanais du siècle dernier (enfin, celui d’avant) faisaient assaut de munificence pour abriter leurs derniers jours. Le résultat vaut le voyage, à mon sens ! Là, j’en ai profité pour shooter plein d’anges, c’est tendance et kitsch, mais beau quand même… Et surtout, très varié (ci dessous, 3 au hasard dans ma collection)

Remontée aussi sur le toit du Duomo, mais en ce samedi de pont, nous étions bien trop nombreux pour apprécier sereinement cette gigantesque meringue.

Enfin, je me suis perdue dans les rues à la recherche des cours et des jardins cachés (il n’y a que ça ).

Vendredi, visite de Bergame, mais grosse déception : la ville est belle, mais bondée, à mi-chemin entre le Mont Saint Michel et les Baux de Provence, beaucoup trop de monde pour visiter tranquillement. En plus, ce n’est pas une ville « qui vit » c’est juste un beau décor pour les touristes. Même sentiment en visitant la Chartreuse de Pavie, c’est beau (si on aime les meringues baroques) mais ce n’est pas pour nous.


Bergame

Changement de décor à Pavie : petite ville universitaire merveilleuse où nous avons découvert une superbe église gothique (San Michele) ni en marbre ni en briques, ce qui en Italie n’est pas si courant.


Pavie, chapiteau de l’église

Et enfin, émerveillement à Vigevano, tassée autour de son gigantesque château de briques. Rien de manque à notre bonheur : passages souterrains et secrets, écuries dessinées par Léonard, magnifique grande place renaissance, petites églises cachées…


Grand place de Vigevano


Les écuries du château

Et pour terminer, une idée géniale : l’expo impossible. Partant du constat qu’il devenait impossible (ou tout au moins terriblement cher et compliqué) de réunir les oeuvres d’un artiste, la RAI a proposé une expo de reproductions de haute qualité. Ce qui nous a permis d’admirer des quantités d’oeuvres de Léonard de Vinci, et même de nous apercevoir que sa célèbre Madone des Rochers avait été peinte en 2 exemplaires, avec lesquels il est très amusant de jouer au jeu des 28 erreurs. Ces tableaux étant respectivement au Louvre et à la National Gallery à Londres, c’est pas demain la veille que j’aurais pu voir les deux en même temps.


La vierge des rochers du Louvre


La vierge des rochers de Londres

A l’heure où la mairie d’Aix met le budget de la ville en péril pour produire des expos hors de prix sur Cézanne / Picasso, je préfère payer mon billet 3 € et voir plus de reproductions que 15 € pour voir moins de « vrais » tableaux dans l’obscurité et à une distance de sécurité telle qu’il devient difficile d’en apprécier les détails !

 

Share Button

5 réflexions au sujet de « Italia Bella »

  1. Je prends le relais : nous partons faire les cinque terre dès demain ! Je te dirais pour la pizza aux frites … c’était peut-être des Italiens de retour du pays Ch’ti. Beaucoup ont migrés là-haut il y a quelques décennies !
    Tu as photographié exactement le vespa que je réclame per il mio compleanno ! Biz

  2. Merci pour ce petit compte rendu sympa… qui nous donnera sûrement des pistes pour notre prochain petit passage là bas !

    Bises

  3. OH Horreur, en écrivant trop rapidement, j’ai fait plein de fautes ! Mea culpa. J’étais trop speed entre Corse, Italie et bopapa.
    Anyway les cinque étaient magiques

  4. J’habite à Bergame et je pense aussi que ma ville c’est tres jolie. Il y a beacoup de personnes, mais seulement le dimanche. Pendant la semaine la ville est plus agréable!
    Un conseil pour manger sans payer beacoup: La Colombina, dans Città Alta.
    Ca c’est la page de Trivago sur Bergame, ou on trouve tous!
    J’espere tu auras une autre chanche pour visiter Bergame 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *