Des voeux pour 2019

Share Button

A vous tous qui avez fait de 2018 une merveilleuse année, voici une petite rétrospective au moment d’attaquer 2019 qui promet d’être tout aussi belle, riche de découvertes et de rencontres !

En 2018, j’ai finalement pas mal voyagé, au gré des occasions. En Janvier, 8 jours à Las Vegas, pour participer au CES, oui c’est pour le boulot, oui c’est pas juste… Et j’ai quand même eu le temps de vadrouiller à travers la ville, de visiter tous ces hôtels plus dingues les uns que les autres et même de m’endormir devant deux (oui, deux !) spectacles du Cirque du Soleil. J’avais mal estimé la fatigue liée au décalage horaire…

De retour en France, je reprends mes aller-retours entre Aix et Paris, où l’hôtel Palym et la brasserie Aux Cadrans sont un peu devenus ma nouvelle maison…

En Mars, je vais rejoindre Caroline pour quelques jours en Grèce , l’occasion de découvrir les talents de navigateur de ma fille (pas peu fière la maman) et de traverser le canal de Corinthe à bord de Monsieur Poulet, avant de rallier Athènes à la voile.

En juillet, je vais à Edimbourg retrouver ma petite Céline, juste le temps de tomber amoureuse de la ville. Je reviendrai découvrir le reste de l’Ecosse, promis, cet avant-goût m’ayant laissé une impression de trop peu.

En Novembre, quasiment à l’improviste, j’emmène mon amoureux fêter son anniversaire à Madrid, où nous profiterons d’un temps magnifique pour explorer la ville et y découvrir des trésors inattendus !

Voilà pour les voyages, qui représentent quand même la partie la plus intéressante de ma vie. Car les allers-retours Aix Paris, mes relations très proches avec le TGV et la vue du haut de ma tour (27 ème étage à La Défense, c’est pas mal quand même, je parle de la vue;) n’ont quand même rien de palpitant, ni surtout de nouveau.

Comme il n’y a pas que les voyages et le boulot dans la vie, j’ai abandonné mon petit groupe de gospel, qui il faut bien le dire partait quelque peu en biberine et repris le cirque ! Dur retour à la réalité, les premières séances ont été difficiles, et j’ai dû réapprendre les bases, transformer la chose molle en haut de mes bras en véritables biceps de circassienne et m’adapter à un groupe où la fille la plus âgée doit avoir la moitié de mon âge…
Mais tout va bien, avant même la deadline que je m’étais fixée, je suis de nouveau capable de me tracter sur le trapèze et de me retourner au tissu ! A Paris, je profite indument de la salle de sports dans ma tour pour faire autant de yoga que je peux, et j’ai même attaqué la barre classique – là aussi, y’a du boulot !

Même si je ne profite pas suffisamment de ma présence régulière à Paris, j’ai quand même vu de belles expos, par exemple la superbe expo de Willy Ronis au Pavillon Carré de Baudouin, les photos de Gille Caron sur mai 1968, l’incroyable univers de TeamLab à la Villette, plein de super héros en Legos, et bien sûr Arles, Paris Photo, et la jolie rencontre de Joe Dante (oui, celui des Gremlins) à Martigues, au 1er festival de science fiction ! (Vous verrez sur les photos que j’ai aussi croisé R2D2 !)
Dans la catégorie « trucs rigolos », citons le Championnat de France de barbecue aux Saintes Maries de la mer et le festival Harley Davidson à Port Gimaud.

Et puis des livres ! Plein de livres bien sûr (entre le train et le RER, j’ai un peu de temps), surtout que j’ai adopté la lecture sur mon portable, ce qui me permet de trimballer ma bibliothèque avec moi sans avoir besoin d’un camion de déménagement… En vrac, beaucoup de romans ( les 4 tomes de l’amie prodigieuse d’Elena Ferrante, après avoir eu un peu de mal à démarrer), un coup de coeur pour Longbourn de Jo Baker (l’envers du décor de Orgueil et Préjugés), Hag-Seed de Margaret Atwood (une relecture désopilante de La Tempête), La Belle Sauvage de Philip Pullman, The Child Finder de Rene Denfeld, la série Terre Mer d’Ursula Le Guin, Sweet Caress de William Boyd, et, comme tout le monde, Sapiens de Yuval Noah Harari m’a impressionné et passionné.

2018 est maintenant officiellement terminé, mais en 2019 je vais ajouter une nouvelle corde à mon arc, celle de grand-mère ! Et oui, Caroline attend un bébé, officiellement pour le 24 janvier, en vrai quand il voudra… J’espère juste qu’il attendra mon retour de Las Vegas (oui je retourne au CES, oui, c’est toujours pas juste) pour pointer le bout de son petit nez…

Et j’allais oublier : je vous souhaite une merveilleuse année 2019, pleine de rires, de petits et de grands bonheurs, d’amis fidèles, de rencontres, de découvertes…
Et je vais me permettre de citer Neil Gaiman : «  Be kind to yourself in the year ahead.
Remember to forgive yourself, and to forgive others. It’s too easy to be outraged these days, so much harder to change things, to reach out, to understand.
Try to make your time matter: minutes and hours and days and weeks can blow away like dead leaves, with nothing to show but time you spent not quite ever doing things, or time you spent waiting to begin.
Meet new people and talk to them. Make new things and show them to people who might enjoy them.
Hug too much. Smile too much. And, when you can, love. »
(traduction by myself) : Soyez gentil avec vous-même. Pardonnez-vous et pardonnez aux autres. Il est si facile aujourd’hui de s’indigner et tellement plus difficile d’essayer de changer les choses, de tendre la main, de comprendre.
Donnez du sens à votre temps : les minutes, les heures, les jours et les semaines peuvent s’envoler comme des feuilles mortes, pendant que vous attendez le bon moment pour commencer.
Rencontrez de nouvelles personnes, parlez-leur. Faîtes de nouvelles choses et partagez-les avec ceux qui sauront les apprécier.
Embrassez trop. Souriez trop. Et aimez dès que vous le pouvez.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *