c’est fini…

Share Button

Bon, voilà, c’est fini…

Quelques années que chaque été j’attendais avec impatience sa sortie, en anglais pour l’avoir lu avant tout le monde… Là, c’est vrai, j’ai pris du retard, trop d’autres livres à lire en même temps.

Mais je voulais l’avoir fini avant qu’il ne sorte en français, simple question d’amour propre.

Mon fils m’ayant clairement averti qu’il n’hésiterait pas à recourir à des sortilèges impardonnables à mon encontre si je laissais filtrer la moindre petite info… je ne vous dirai donc RIEN sur ce qui s’y passe, je ne vous dirai même pas si c’est vraiment fini !

De toute façon il vous reste moins d’une semaine avant de l’avoir entre les mains en français, alors !

Parmi les livres qui m’ont retardé dans ma découverte du dernier Harry Potter figure en bonne place la série de Robin Hobb « L’assassin royal ». Découverte grâce à un article du Monde, cette série m’a tenu tout l’hiver, et comme j’avais décidé de les acheter en poche uniquement et que le dernier tome n’est sorti que début octobre, je viens seulement de finir.

 

Hobb, c’est carrémént une drogue ! Entre la parution des derniers tomes de l’assassin, j’ai attaqué la série « connexe » des « Aventuriers de le mer », pour me retrouver là encore en état de manque à cause de la lenteur des parutions en poche. Heureusement mon amie Gisèle m’a prêté les tomes de la fin… sauf le dernier ! J’attends donc qu’elle s’en souvienne, sinon je vais peut être déroger à mes principes et l’acheter en grand !

Pour vous prouver à quel point cette femme (je parle de Robin Hobb) est dangereuse : sa dernière série s’appelle « le soldat chamane » en français, mais n’est traduite que petit à petit. J’ai donc eu recours à ma vieille astuce, et je les lis en anglais. Mais hélas, la sortie en poche du troisième tome n’est prévue que pour le printemps. Me voilà donc coincée au beau milieu des aventures de Nevare, nouveau héros craquant de la magicienne Hobb.

A ce propos, j’ai des récriminations à soumettre aux traducteurs : pourquoi se sentent-ils obligés de modifier les noms des héros ?
Ca m’avait déjà énervé dans le Seigneur des Anneaux. Pourquoi Bilbon ? Pourquoi Frodon ? Bilbo et Frodo, ça sonne quand même mieux !
Dans Harry Potter, les noms des personnages secondaires sont si différents entre les versions françaises et anglaises que ça complique énormément le passage entre les deux langues. Du coup, tout un tas de glossaires circulent sur Internet pour aider le pauvre lecteur.
Et pour Robin Hobb : pourquoi changer le nom du héros ? Il s’appelle Nevare, et c’est traduit par Jamère. Je comprends bien l’idée, mais d’abord, ça ne repose sur rien dans le livre, et en plus Jamère ça sonne vraiment pas bien.

Vous allez penser que je ne lis que de la Fantasy, ce qui n’est ni tout à fait vrai, ni tout à fait faux…
Mais voilà mon dernier coup de coeur : « La maison d’oubli » d’Elisabeth Vonarburg. Je l’avais remarquée car c’est elle qui traduit les livres de Guy Gavriel Kay, un autre de mes grands amours littéraires. Et quand elle écrit, c’est vraiment trés trés bien aussi.

Encore une épreuve de patience pour moi, puisque la série qui commence par La maison d’oubli, « Reine de Mémoire » comporte plein de volumes, qui ne sortent que trés lentement en poche !


Et voilà, pour finir cet article sur la fin…

Celui-ci, nous étions des milliers (des millions ?) à l’attendre le coeur battant. D’autant que l’auteur ayant eu l’idée stupide de succomber à une crise cardiaque, on est malheureusement certains qu’il n’y en aura pas d’autres.
La fin des aventures de Mikael Blomkvist, de Lisbeh Salander, de tout le petit monde de Millenium, de tous ces personnages à peine évoqués mais déjà nos amis…

Reconnaissons cependant qu’il y a quelques longueurs dans cet ultime opus. J’ai eu un peu de mal avec les pages sur la constitution suédoise… les méchants sont vraiment méchants et les gentils vraiment gentils…
Mais malgré tout, ce livre fait définitivement partie de la catégorie des addictifs ! Pour preuve tous les gens qui trépignent en attendant que je le leur prête…

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *