Archives pour la catégorie Petits bonheurs

Des mérites comparés de l’homme et du livre…

Je veux parler bien sûr de l’homme sans majuscule, le mâle, et une fois n’est pas coutume, cet article sera franchement sexiste… Cela dit, messieurs, il vous suffit sans doute de remplacer « homme » par « femme » et vous pourrez le reprendre à votre compte !

Quel homme peut-il rivaliser avec un livre dans la vie d’une femme ? Tenez, juste un exemple : ce livre qui partage mes nuits ne m’empêche jamais de dormir en ronflant… Bien au contraire, même au milieu de la nuit, si victime d’insomnie je souhaite trouver le réconfort entre ses pages, il est là, disponible, prêt à me donner du plaisir sans ronchonner parce que je le réveille, et même si finalement le sommeil me gagne plus vite que prévu, il ne se froissera pas et acceptera sans broncher d’être mis de côté…

Mon livre m’emmène en voyage, quand je veux et où je veux. Pas besoin d’attendre des années cette fameuse balade à Carcassone : je tourne une page, et j’y suis ! Et si demain je veux Les Maldives, Les Seychelles, Tahiti ou la lune, je sais qu’il m’y emmènera fidèlement, sans me dire que le prix du billet dépasse ses moyens, qu’il n’a plus de vacances ou qu’il préfère la Thaïlande.

OK, mon livre ne fait ni la cuisine, ni la vaisselle, mais honnêtement, combien d’hommes le font ? En plus, il ne laisse jamais traîner ses chaussettes, ne laisse jamais l’évier plein d’assiettes sales, et n’oublie jamais de me remonter le moral quand j’en ai besoin. Si je le lui demande, il est prêt à me transformer en princesse ou en vahiné, à me rendre mes quinze ans et mon premier amour.

Il peut lui arriver de me tromper avec ma meilleure amie, il peut même lui arriver de partir avec elle : mais je sais qu’il me suffit de l’appeler pour qu’il revienne enchanter mes jours et mes nuits.

Dîtes moi franchement : pour vingt euros, quel homme serait-il prêt à tout ça ?

Jolie Vieille Dame

cuisse1.JPG

Cuisse de Nymphe… Son nom n’est-il pas aussi joli qu’elle ?

Ce rosier est très ancien, puisqu’il fut introduit en France à la fin du 16° siècle, venant de Crimée. En anglais, son nom est tout aussi charmant, mais peut être moins suggestif : « great maiden’s blush » (grand rougissement de demoiselle).

Il en existe également une variété d’un rose un peu plus soutenu, qui porte le nom (prévisible) de « Cuisse de Nymphe Emue »…

Voilà mon petit bonheur du jour : la redécouvrir au fond du jardin, rayonnante dans son écrin de feuilles vert foncé.

Bonne humeur

Est-ce le printemps qui pointe enfin sa frimousse ? Hier, deux articles joyeux parmi mes blogs préférés.

Sur le blog de Maître Eolas, qu’on ne présente plus, -Lux Aurumque-, ou comment faire de la (belle) musique avec et grâce à internet. L’initiative d’un chef d’orchestre et compositeur, Eric Whitacre, qui, grâce à des vidéos diffusées sur internet, dirige un choeur virtuel de 185 choristes bien réels s’enregistrant en train de chanter. Le résultat est magnifique, et les images des choristes montrent le plaisir qu’ils ont pris à l’expérience.

Je vous laisse apprécier la morale très Eolassienne de l’article, que j’applaudis des deux mains.
Et je peux ajouter pour ma part, ayant assisté ce soir à un merveilleux concert mêlant doudouk arménien, guitare flamenco (flamenca ?), voix séfarades ou arabes, que c’est grâce aux artistes et à l’art que la paix rêgnera peut être un jour dans le monde…

PS : cette phrase n’est pas de moi, elle a été citée par notre merveilleux guitariste ce soir, et honte à moi, je ne retrouve pas son auteur ! Si quelqu’un qui lit ce blog peut m’aider…

Sur le blog de Bonne Nouvelle, qui malgré son nom n’a rien de religieux mais s’attache à ne moissonner chaque jour que les bonnes nouvelles, un joli article sur les clients d’une librairie bretonne qui, pour lui éviter d’être transformée en magasin de fringues ou en boutique de souvenirs, ont mis la main à la poche et racheté LEUR librairie.
Deux histoires à contre courant de la tendance actuelle au laisser faire, deux histoires qui montrent que quand on leur en donne l’occasion, beaucoup sont prêts à se bouger pour créer quelque chose en commun.
Et moi, rien que ça, ça me met de bonne humeur !